The Comete - © Droit d'auteur

La Comète et la 2e Escadrille

Tout comme pour la 1re Escadrille, il est impossible d’évoquer l’histoire de la 2e Escadrille sans l’associer à 'la Comète'. 'Comète' et 'Chardon' ont toujours navigué de conserve, l’insigne devient ainsi notre fil d’Ariane.

 Nieuport 17 - © Droit d'auteur

'La Comète' apparait en 1917 sur un avion de la 5e escadrille, à l’initiative de l’Adjudant Aviateur Maurice ‘Teddy’ Franchomme, pilote de cette Escadrille de Chasse, qui la peint pour la première fois sur son tout nouveau Nieuport de 130 cv à moteur Clerget rotatif.

Le Capitaine Dony, qui commande l’escadrille lui demande de « céder cet insigne » afin qu’il devienne l’emblème de toute l’Escadrille, ce que l’intéressé accepte. La 5e Escadrille devient plus tard la 10e Escadrille (voir plus loin) et garde 'La Comète' sur les Nieuport et les Spad VII.

 General Hellebaut and Baron Pierre de Caters on board of an HF III - © Droit d'auteur

Un peu d’Histoire, avant de découvrir comment l’insigne de 'la Comète' se retrouva sur les avions de la 2 Esc à partir de 1947... Suivons son parcours au fil du temps.

C’est en 1910 que l’armée belge, intéressée par les possibilités offertes par l’aviation et sous l’impulsion du général Joseph Hellebaut qui venait de faire un baptême de l’air, achète son premier « aéroplane », en l’occurrence un Henri Farman H.F.3. Plus tôt, à l’initiative de deux industriels, le baron Pierre de Caters et le chevalier Jules de Laminne, des militaires volontaires avaient eu l’opportunité de s’entraîner à voler à partir de leurs aérodromes privés.

 Royal Decree 16 april 1913 - © Droit d'auteur

Par l’Arrêté Royal du 16 avril 1913 signé par le roi Albert 1er, la « Compagnie des Aviateurs » est créée, et est composée à la veille de la Première Guerre Mondiale d’une école d’aviation et de 4 escadrilles équipées de H.F 20. Deux pour les positions fortifiées d’Anvers et deux pour celles de Namur et de Liège. Soit 37 pilotes et observateurs épaulés par 8 civils mobilisés avec leurs propres appareils. L’idée répandue parmi les états-majors de l’époque est d’utiliser ces unités pour l’observation des mouvements des troupes au sol. Mais, dès le début du conflit, les pertes sont lourdes, pas à cause de l’ennemi mais en raison de la fragilité des appareils.

 Jero Farman type milaire 1913 - © Droit d'auteur

À l’analyse de certains documents, dont des courriers du capitaine-commandant Émile Mathieu, commandant de l’école de pilotage de Brasschaat en 1912, il est raisonnable de penser que la II Escadrille existe de facto dès septembre 1912, lorsqu’elle peut disposer de ses quatre premiers JERO-Farman type militaire 1912. L’Arrêté Royal du 16 avril 1913 ne fait donc que confirmer la structuration de l’aviation militaire : deux escadrilles existent déjà : l’Escadrille I HF et l’Escadrille II HF (HF pour Henri Farman) ; les IIIe et IVe sont en formation.

En août 1913, l' Esc I et l'Esc II participent pour la première fois à des manœuvres dans les environs de Dinant. Elles sont renommées pour l’occasion, escadrille Rouge (Esc I HF) et escadrille Bleue (Esc II HF).

 Jules Soumoy, first 2 sqn C.O. - © Droit d'auteur

Lors des premiers affrontements de 1914, l’Escadrille II HF, sous le commandement du Lieutenant Jules Soumoy, son premier CO, est engagée dans la défense de la Place Forte de Namur ; elle se replie ensuite successivement vers Chimay, Ostende et finalement Saint-Pol-sur-Mer près de Dunkerque.

 Ten Bogaerde Abbey - © Droit d'auteur

Le 20 mars 1915, la Compagnie des Aviateurs devient « l'Aviation militaire belge » et l’escadrille s’installe au lieu-dit « Ten Bogaerde » (Coxyde).

 Teddy Franchomme in front of a 'Bébé' Nieuport - © Droit d'auteur

La 5e Esc est créée en 1915. Maurice ‘Teddy’ Franchomme, qui a obtenu son brevet de pilote le 11 novembre 1915 y est muté le 16 juin 1916. Edmond Thieffry, venant de la 3e Escadrille (3/II/2) le sera le 11 décembre. Il devient un pilote de légende aux 10 victoires plus cinq non confirmées.

Entretemps, le 10 août 1916, la 5 Esc qui se trouve sous le commandement du Capitaine Aviateur Moulin, est transformée en unité de chasse. Elle est mobilisée en septembre 1916 et est créditée de 15 victoires, perd 2 pilotes aux combats et 1 est blessé. Le 31 janvier 1917, le capitaine Dony en devient le commandant.

La première victoire de l'Escadrille est l'oeuvre de Louis de Chestret de Haneffe, qui abat un Albatros le 17 novembre 1916.

Edmond Thieffry 10 confirmed victories belgian ace Edmond Thieffry 10 confirmed victories belgian ace - © Droit d'auteur
Nieuport 17 C1 Nieuport 17 C1 - © Droit d'auteur
Capt. Dony C.O. 2 sqn in 1917 Capt. Dony C.O. 2 sqn in 1917 - © Droit d'auteur
 Spad VII - © Droit d'auteur

En mars 1917, elle déménage sur l’aérodrome d’Houtem (Flandre Occidentale) et reçoit, en septembre, des Spad VII propulsé par un moteur Hispano-Suiza de 180 cv. Fin 1917, elle fait mouvement sur le terrain voisin des Moëres (Koksijde)

 Spad VII - © Droit d'auteur

En mars 1918, l’organisation de l’Aviation Militaire Belge évolue une nouvelle fois et se structure par Groupe. La 5 Esc est renommée 10 Esc et est intégrée au Groupe de Chasse, installé sur le terrain des Moëres et commandé par le Capitaine Fernand Jacquet. Le Groupe est composé des 9 Esc ,10 Esc (Ex 5 Esc) et 11 Esc.

Fernand Jacquet  C.O. 'Groupe de Chasse' 1918 Fernand Jacquet C.O. 'Groupe de Chasse' 1918 - © Droit d'auteur
2 Comete pilots in front of a Spad VII 2 Comete pilots in front of a Spad VII - © Droit d'auteur
 Fokker D VII - © Droit d'auteur

Après l’armistice, la 10 Esc et la 11 Esc séjournent jusqu’en juillet 1919 à Bochum, en Allemagne occupée, et volent sur des Fokker D-VII récupérés, en support des troupes belges d’occupation, avant de revenir s’installer en Belgique, à Schaffen-Diest.

Group of belgian pilots at Bochum Group of belgian pilots at Bochum - © Droit d'auteur
'2' Sqn ace Edmond Thieffry  together with 4 '1' Sqn aces '2' Sqn ace Edmond Thieffry together with 4 '1' Sqn aces - © Droit d'auteur

La décennie 1920-1930 voit une évolution constante des structures de notre toute jeune aviation militaire. En début d’année 1920, la dénomination « Aviation Militaire » est changée en « Aéronautique Militaire (AéM). Elle va connaître ensuite des réorganisations, des restructurations qui voient apparaître des Groupements qui deviennent des Régiments engendrant des nouvelles dépendances hiérarchiques avec parfois des suppressions d’unités. C’est ainsi que l’escadrille qui perpétue les traditions de 'la Comète' et son insigne est identifiée successivement comme :

  • 10 Esc du IV Groupe de Chasse,
  • 3 Esc du I Groupe de Chasse du 2 Groupement et
  • 1 Esc du I Groupe de Chasse du 2 Régiment (1/I/2Aé),

sans changer de rôle ni d’implantation.

 LVG C.VII - © Droit d'auteur

Quant à l’équipement, il est dans un premier temps hérité de la guerre, constitué principalement de Spad VIII et Henriot HD-1 auxquels viennent s’ajouter quelques Fokker D VII et LVG C.VI récupérés.

 Nieuport-Delage NiD.29 C1 - © Droit d'auteur

En juin 1922, l’unité est la première à être équipée de Nieuport-Delage NiD 29 C1 dotation complétée en 1927 par le Avia BH-21.

NiD.29 C1 NiD.29 C1 - © Droit d'auteur
Avia BH-21 Avia BH-21 - © Droit d'auteur
 2 Comete Fairey Firefly IIM in flight - © Droit d'auteur

En novembre 1930, l’Aéronautique Militaire commande des Fairey Firefly IIM afin de remplacer ses chasseurs ; au total pas moins de 87 appareils sont commandés à la société Fairey nouvellement installée à Gosselies ; les 25 premiers exemplaires étant construits à la maison-mère en Angleterre. La 1/I/2Aé (Comète) est la première à recevoir les nouveaux avions dès mai 1931.

2 Comete Fairey Firefly IIM 2 Comete Fairey Firefly IIM - © Droit d'auteur
Fairey factory buildings in Gosselies Fairey factory buildings in Gosselies - © Droit d'auteur
 2 Comete Gloster Gladiator MK. 1 - © Droit d'auteur

Fin 1936, ce dernier ne correspond plus aux besoins du moment, principalement en fonction de la modernisation des flottes dans les autres pays et plus particulièrement en Allemagne. Le Gouvernement belge décide alors d’acquérir des Gloster Gladiator pour la 1 Esc (Comète) et des Hurricane pour la 2 Esc (Chardon). Ces avions sont livrés respectivement en 1937 et 1938/1939.

À l’aube de la guerre, 'la Comète' se trouve donc sur les avions du (1/1/2Aé) et le Chardon sur ceux du (2/1/2Aé). Le 24 avril 1940, pendant la « drôle de guerre », un Gladiator abat un Heinkel He 111 qui s'écrase aux Pays-Bas.

4 Comete Sqn Gloster Gladiator in formation 4 Comete Sqn Gloster Gladiator in formation - © Droit d'auteur
2 Comete Gloster Gladiator MK. 1 2 Comete Gloster Gladiator MK. 1 - © Droit d'auteur
 Fairey Battle in formation - © Droit d'auteur

En 1940, l’escadrille de la Comète possède 14 Gladiator. Le 10 mai, deux sont détruits au sol, 12 réussissent à quitter Schaffen in-extremis et rejoignent le terrain de déploiement prévu (le N° 21) situé au lieu-dit « Le Culot », près de Beauvechain. Le 11 mai, escortant des Fairey-Battle du 5/III /3 Aé ayant comme mission l’attaque des ponts sur le canal Albert, six de ces avions sont engagés dans un combat avec des Me 109.

 Gloster Gladiator wreckage - © Droit d'auteur

Quatre sont abattus, deux pilotes, les Sergents Pirlot et Clinquart, sont tués. Mais un appareil ennemi est abattu et un autre endommagé. Dans l’après-midi de ce 11 mai, le terrain de Beauvechain est la cible de plusieurs attaques par des Heinkel 111 et Me 109 qui détruisent les derniers Gladiator.

Le personnel, sans avions à mettre en œuvre, est dès lors évacué vers la France.

 Belgian pilots in the Royal Air Force - © Droit d'auteur

Après la défaite française, six pilotes de la 1/1/2Aé (Comète) rejoignent l’Angleterre avec d'autres pilotes belges où ils continueront le combat au sein de la Royal Air Force.

Ils témoignent à nouveau d’un courage impressionnant.

 Raymond 'cheval' Lallemant DFC & bar - © Droit d'auteur

En 1947, la Base de Florennes, édifiée par les Allemands en 1942, voit la création du 161 Wing de Chasse de Jour commandé par le Major Aviateur Raymond Lallemant DFC and Bar, et composé des 351 Esc et 352 Esc.

Les insignes pressentis pour ces deux escadrilles sont le Chardon pour la 351 Esc et la Cocotte Blanche pour la 352 Esc.

 2 Sqn Supermarine Spitfire MK XIV - © Droit d'auteur

À l’automne 47, les premiers avions arrivent : un Oxford et deux Harvard, suivis des premiers Spitfire XIV le 15 octobre. En 1949, on note huit avions en état de vol et un en inspection.

En février 1948, le 161 Wing devient le 2 Wing de Chasse de Jour. La 351 Esc est renommée 1 Escadrille de Chasse et la 352 Esc la 2 Escadrille de Chasse. Celle-ci reprend les traditions et l’insigne de 'la Comète'. Le Capt Avi Smets en assure le commandement.

North American T-6 Harvard North American T-6 Harvard - © Droit d'auteur
Airspeed AS.10 Oxford Airspeed AS.10 Oxford - © Droit d'auteur
Florennes Air Base mid fourties Florennes Air Base mid fourties - © Droit d'auteur
2 Sqn Spitfires MK XIV 2 Sqn Spitfires MK XIV - © Droit d'auteur
 2 Sqn pilots with the 'Comète' - © Droit d'auteur

Changement d’escadrille donc pour 'la Comète'. Depuis fin 1923 elle a été l’insigne de la 1 Esc et 'le Chardon' celui de la 2 Esc. Tous les avions de la 1 Esc ont porté 'la Comète' jusqu’au dernier Gloster Gladiator détruit le 11 mai 1940 à Beauvechain.

 Pennants distribution in Florennes - © Droit d'auteur

En septembre 1949, alors que toutes les unités de la jeune Force aérienne belge sont présentes à Florennes pour la reconnaissance officielle de ces escadrilles et la remise solennelle à leurs C.O respectifs de leur fanion, le Lt Col Avi Robin remet celui frappé de 'la Comète' au Commandant de la 2 Esc, Herman Smets, entretemps promu Major.

 F-84E 'Thunderjet' - © Droit d'auteur

Dès 1951, la 2 Esc est équipée de quelques Republic F-84E 'Thunderjet', son premier avion à réaction. Le rôle de l’escadrille se transforme également : elle devient une unité de chasseurs-bombardiers. Le F-84E est très rapidement remplacé par le plus performant F-84G.

L’entraînement opérationnel se renforce : périodes de tir air-sol et air-air (au littoral belge jusqu’en 1954, puis à Sylt (RFA), et la participation à différents exercices (Hold Fast, Battle Royal, Carte Blanche etc.…).

2 Sqn F-84E & G on apron 2 Sqn F-84E & G on apron - © Droit d'auteur
F-84G on final F-84G on final - © Droit d'auteur
'2' in the air '2' in the air - © Droit d'auteur
 2 Sqn Republic F-84F 'Thunderstreak' - © Droit d'auteur

A partir de 1955, le 'Thunderjet' cède la place au F-84F 'Thunderstreak'. Cet avion permet à la Force Aérienne de devenir 'supersoniques'.

En mai 1956 la 2 Esc passe à son tour sur le ‘Streak’ et l’emploie jusqu’en 1970. De juillet 1964 à décembre 1966, elle assure avec le rôle STRIKE pendant la conversion du 10 Wing sur F- 104G. Ceci avec brio : dans une lettre du commandant 2ATAF, datée de janvier 1967 : Il est remarquable que cette escadrille soit la première à obtenir un 'rate 1' dans le rôle nucléaire au sein de 2ATAF.

F-84F in low level formation F-84F in low level formation - © Droit d'auteur
2 Sqn F-84F in flight 2 Sqn F-84F in flight - © Droit d'auteur
2 Sqn F-84F on apron 2 Sqn F-84F on apron - © Droit d'auteur
2 Sqn F-84F in flight in 2 Sqn colours 2 Sqn F-84F in flight in 2 Sqn colours - © Droit d'auteur
 2 Sqn Mirage 5 BA in flight - © Droit d'auteur

En 1970, la transition s’opère vers le Mirage 5 BA, avion qui va équiper la 2e Escadrille de Chasseurs-Bombardiers jusqu’en 1988.

2 Sqn Mirage 5 BA during taxi 2 Sqn Mirage 5 BA during taxi - © Droit d'auteur
2 Sqn Mirage 5 BA  on stand 2 Sqn Mirage 5 BA on stand - © Droit d'auteur
2 Sqn Mirage 5 BA in flight 2 Sqn Mirage 5 BA in flight - © Droit d'auteur
2 Sqn Mirage 5 BA low level 2 Sqn Mirage 5 BA low level - © Droit d'auteur
 2 Sqn Mirage 5 BA during TAM 1980 - © Droit d'auteur

En 1960 est créé l’AMF (Ace Mobile Forces) ; la 2 Esc fait partie de l’ 'AMF Nord', appelée à renforcer le flan nord de l’OTAN en cas de conflit. D’abord en rôle secondaire, elle prend effectivement ce rôle après avoir été déchargée de la mission Strike. De ce fait, elle participe régulièrement, avec les « F » d’abord, les Mirage ensuite, à des déploiements et exercices dans les pays nordiques.

Durant toute cette période dite de la « guerre froide », l’escadrille ne participe à aucun conflit mais contribue au sein de l’OTAN à préserver la paix en participant à la politique de dissuasion jusqu’à la fin des années quatre-vingt.

 2 Sqn F-16 ready for a mission - © Droit d'auteur

En 1988, le F-16 remplace le Mirage 5. Cet avion multirôle permet dès lors une nouvelle mission de Chasse.

Milieu des années 90 lee libellé de l’insigne d’escadrille ‘Fighter 2 Bomber’ devient ‘Fighter 2 Squadron’.

À partir de mars 1996, elle assure le rôle QRA de défense aérienne avec la 349 et la 350 Esc. Elle reprend un rôle (complémentaire) de Chasseurs-Bombardiers en « Additional Capability (ADCAP) à partir de 1997 pour, entre autres assurer les missions « simples » dans les Balkans.

 2 Sqn F-16 during Red Flag exercise - © Droit d'auteur

Durant les années 90, l’escadrille participe, souvent en détachements mixtes 1 Esc - 2 Esc, à de nombreux exercices pendant lesquels l’entraînement à la fois air-air et air-sol est sans cesse testé et amélioré (Mapple Flag, Red Flag, TLP, ACMI, VLLF ...) tout comme la capacité d’opérer ensemble avec nos partenaires de l’OTAN par de nombreux échanges d’escadrilles (Montereal, Toul, Valencia...).

À partir de 1996, la FAé est engagée dans les opérations Deliberate Guard, Deliberate Forge et Deliberate Guardian au-dessus de la Bosnie-Herzégovine et du Kosovo, en collaboration avec la RNLAF (Royal Netherland Air Force) et ce dans le cadre du partenariat DATF (Deployable Air Task Force) sous le nom de Joint Falcon. il s’agit du premier détachement opérationnel en opérations extérieures de la 2 Esc (et le deuxième de la Force Aérienne après l’opération Ace Guard—AMF Guerre du Golfe en 1991).

 F-16 full load - © Droit d'auteur

L’escadrille, souvent en détachements mixtes 1 Esc-2 Esc participe en 1997-1999 aux opérations ‘Deliberate Guard’ et ‘Deliberate Force’ (surveillance militaire de l’espace aérien bosniaque) au départ des aérodromes italiens de Villafranca d’abord, de Amendola ensuite. Ceci dans un détachement combiné RNLAF-BAF, chaque pays en assurant le commandement à tour de rôle.

 2 Sqn F-16 in close formation with armement - © Droit d'auteur

Au départ de l’aérodrome de Villafranca d’abord (octobre 1996-juillet 1998), de l’aérodrome d’Amendola ensuite (janvier 1999-octobre 2000), les escadrilles du 2WTAC, dont la 2 Esc, se relaient en alternance avec le 10W, au sein d’un détachement combiné RNLAF-BAF, chaque pays en assurant le commandement à tour de rôle. À partir du 5 janvier 1999, les détachements du 2 Wing seront composés de pilotes des 1Esc, 2 Esc et 350 Esc, le commandement étant confié à tour de rôle, à l’un des C.O’s. La mission est d’assurer le respect de l’interdiction du survol de l’Ex-Yougoslavie (CAP—Combat Air Patrol) et fournir en cas de besoin, le support aérien aux unités de l’OTAN déployées sur le terrain. À partir de mars 1999, début de l’Opération Allied Forces, également des missions CAP et de bombardement au Kosovo.

2 Sqn F-16 during air refueling 2 Sqn F-16 during air refueling - © Droit d'auteur
2 Sqn F-16 on take-off 2 Sqn F-16 on take-off - © Droit d'auteur
2 Sqn F-16 above the Ardennes 2 Sqn F-16 above the Ardennes - © Droit d'auteur
 2 Sqn F-16 special 75th anniversary painting - © Droit d'auteur

Le 20 avril 2001, par suite d’une nouvelle restructuration de la Force Aérienne, l’escadrille est dissoute. Ses pilotes sont intégrés au sein de la 350 Esc, arrivée à Florennes et qui reprend les installations de la 2 Esc.

Le fanion de l’escadrille est remis par le Col Avi M. Audrit, commandant de la Base de Florennes, au Gén Avi M. Mandl, commandant de la TAF. D’aucuns pensent que l’histoire de la Comète est terminée...

 Drone MQ-9B - © Droit d'auteur

Mais...surprise !

En avril 2023 on apprend que la 2 Esc va renaître de ses cendres dans un nouveau rôle, mais avec toujours la Comète comme emblème. La nouvelle escadrille de Drones MQ-9B va en effet en reprendre l’insigne et les traditions. ...à suivre donc.

 Comete with 3 ray's - © Droit d'auteur

La Comète :

La tête de la Comète est une étoile à cinq branches de couleur rouge. La queue, de la même couleur, a successivement comporté 5-6 branches fines (Nieuport Maurice ‘Teddy’ Franchomme), 4 branches plus larges (Spad-Nieuport 29-Avia BH 21- Fairey Firefly - Gladiator) qu’elle gardera jusqu’en 1940. .

 2 Sqn badge - © Droit d'auteur

Reprise comme insigne par la 2e Esc après la guerre, elle a 3 branches (Spitfire - F-84 G/F - Mirage 5 – F-16). L’ensemble est bordé d’un liseré doré.

Devise : « Ut Fulgur Sulca Aethera », « Comme l’éclair, sillonne les cieux »